En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Activités culturelles et citoyennes

Rencontre avec le rédacteur en chef de Phosphore à la Médiathèque de Roanne

Par CECILE PEYRE, publié le jeudi 30 janvier 2020 10:59 - Mis à jour le vendredi 6 mars 2020 00:00
20200129_142145.jpg
David Groison est rédacteur en chef au magazine phosphore depuis 2011. Les élèves participant au projet "Fakes News" (projet inter-établissement en partenariat avec la médiathèque) ainsi que ceux des cafés lecture étaient invités à cette rencontre

 

Les élèves des clubs lecture de Roanne et les élèves impliqués dans le projet Fakes avec la médiathèque étaient invités à venir rencontrer David Groison rédacteur en chef du journal "Phosphore" Journal détenu par les éditions Bayard Presse.

David Groison leur a parlé de son parcours d'élève studieux au parcours sans faute qui l'a conduit de S à une prépa puis une école d'ingénieur. Il s'est retrouvé en stage dans un entreprise prestigieuse de cosmétiques dont nous tairons le nom et a du falsifier des images afin de faire croire aux gens que la crème anti-rides qu'ils achetaient fonctionnait.

Il date sa vocation journalistique d'une année d'études à Montréal où il avait tenu le quotidien de l'Université dans le cadre d'un job étudiant – ce qui l'avait notamment amené à vivre quelques jours en immersion avec de jeunes sdf et à interviewer Gad Elmaleh.

Il a donc tenté et réussi le concours de l'école de journalisme de Lille et travaillé à Science et vie , Libération et Télérama avant d'être embauché par Bayard Presse et d'être -depuis 2011- le rédacteur en chef de Phosphore. IL existe peu de journalistes scientifiques en France ce qui fait qu'il n'a pas eu de mal ensuite à trouver du travail. Ce qui lui plait le plus dans le métier de journalistes c'est les reportages en immersion (l'élection de Barak Obama, le micro crédit au Mali...)

 

Il nous a ensuite parlé de son journal Phosphore dont il définit la ligne éditoriale : journal qui a vocation à aider les jeunes à se forger un point de vue et à se projeter dans l'avenir. ( des sortes de "grands frères,grandes soeurs").20 journalistes sont salariés de Phosphore qui fait aussi appel à des pigistes, des chroniqueurs. Il y a également des gens qui proposent des reportages. L'équipe comprend aussi des secrétaires de rédaction chargés de vérifier non seulement la forme mais aussi les informations.

En effet tous les journalistes sont amenés un jour ou l'autre à se tromper.

Phosphore est financé à 90% par des abonnements-400 000 lecteurs- (spécificité du journal) qui leur permet une relative liberté par rapport à d'autres médias comme par exemple les chainesd' info en continu financés pour l'essentiel par la publicité ce qui les amène à privilégié un traitement "sensationnel" de l'information. Leur Patron c'est le groupe Bayard Presse qui leur laisse te latitude et n'influent pas sur leur travail si ce n'est parfois quelques pressions en lien avec l'actualité éditoriale.

Il y a encore deux ans ils perdaient de l'argent ils sont à présent en équilibre. Ils ont développé de nouvelles façons de travailler, lancement d'un journal plus court, avec une parution plus fréquente (de mensuel à bi-mensuel) et de nouveaux services comme giveme five (5 infos par jour) l y a également une application mobile, une chaîne YouTube...

 

La déontologie du journaliste a également été abordée à plusieurs reprises

Est-ce qu'on hésite parfois à publier certaines informations ? Demande l'intervieweuse ?

Oui cà arrive on doit avoir la préoccupation de l'intérêt publique, tout n'est pas racontable? D. Groison donne l'exemple des attentats de 2015; la police un moment donné n'avait plus de munitions les journalistes présent n'ont bien sur pas donné l'information ce qui aurait pu être dangereux pour les policier si les terroristes l'avaient su.

Est-ce qu'ils sont amenés à cacher des secrets d'état ?

D.Groison ne le croit pas pour lui les journalistes parfois semblent cacher des choses, c'est simplement qu'ils n'ont pas toutes les infos .. Ils n'ont parfois q'une version de l'histoire, quand ils ont les deux ils se doivent de ne pas prendre parti et présenter les deux versions (par exemple pour les violences lors des mouvements sociaux récent "selon la police /selon les manifestants"...

Quelques conseils pour devenir journaliste

-Le devenir dès maintenant (interviews, micro-trottoirs dans le lycée, blogs, postcasts, journal du lycée...)

-Faire du théâtre, du sport, parler anglais, participer à des concours de photographie, d'écriture...

- Lire ses livres documentaires ... notamment "Prise de vues" et "Les journalistes nous cachent t ils des choses "...